les enfants terribles

aménagement – décoration – mobilier – luminaire

Genève

lampe mantis, 1951 de Bernard Schottlander

Grand admirateur d’alexander Calder, Bernard Schottlander crée en 1951 une série de luminaires du nom de Mantis.

le mouvement est la source d’inspiration de tout le travail de Schottlander : artiste, ingénieur-bricoleur, il met au point un système de pivot-contrepoids astucieux et utilise des joncs de métal souples et résistants. L’abat-jour, projeté comme un acrobate en l’air, reste unique. en aluminium tourné-repoussé, l’oeil du sculpteur le taille en mouvement hélicoïdal : la symétrie tiraille l’assymétrie.

Ses luminaires, jouant sur la tension entre l’équilibre et le déséquilibre, dessinant les secrets du vide et du plein, tels des mobiles, semblent défier les lois de l’apesanteur.

la poésie de l’objet invite au rêve ; l’élégance sur un fil...